Douleur et l’hypnose :

L’hypnose permet de construire un lien entre le inconscient et le conscient.

Dans le cas de douleur chronique, l’hypnose aide à contrôler l’intensité de la douleur. L’hypnose permet de mieux gérer la douleur, les émotions qui l’accompagnent. L’hypnose aide le patient à retrouver des ressources pour se mobiliser et être acteur dans la prise en charge.

L’hypnose permet de mieux gérer les douleurs chroniques : migraines, céphalées, névralgies, fibromyalgie, douleurs rhumatologiques…

hypnose-biarritz-douleur

Approche de l’hypnose 

L’Association internationale de l’étude de la douleur (IASP) définit la douleur comme une expérience émotionnelle et sensorielle désagréable, liée à une lésion tissulaire existante ou potentielle ou décrite comme une telle lésion. La douleur est une expérience ayant des caractéristiques sensorielles, émotionnelles, cognitives. Le vécu au sens large (souvenirs d’une douleur et souvenirs) influe également sur la perception.

L’hypnose peut être utile pour gérer le niveau d’intensité de la douleur, les émotions, pour que le patient à retrouve une qualité de vie acceptable.

L’hypnose permet à l’aidé d’accéder à de nouveaux outils pour gérer les différentes composantes de la douleur.

L’hypnose découvrir ses propres ressources pour gérer la douleur et de la repositionner différemment ans la globalité de l’aidé.

Les séances d’hypnose vont permettre

  • des modulations de l’intensité,
  • une meilleure gestion de la douleur (réduire une anticipation négative),
  • de modifier le cognitif (douleur /pensées négatives),
  • de modifier l’émotionnel (anxiété, traumatismes, deuil),
  • d’optimiser l’aspect motivationnel (découvrir les ressources pour se mobiliser, devenir acteur dans la prise en charge),
  • de retrouver un contrôle sur la douleur,
  • de retrouver une certaine autonomie,

Les apports de l’auto-hypnose

  • L’aidé devient acteur, et modifie avec l’autohypnose son expérience douloureuse aux niveaux sensoriel, émotionnel, cognitif et motivationnel,
  • L’aidé mobilise ses ressources,
  • L’aidé pend le contrôle total ou partiel de la prise en charge de la douleur,
  • L’aidé gère sa douleur d’une autre manière et arrive à la modifier,
  • L’aidé augmente sa qualité de vie,

  • Protocole des séances d’hypnose (exemple)

    1ère séance :

    Définition des objectifs, apprendre la relaxation Cohérence Cardiaque, évacuation des tensions, ancrage positif, création d’un refuge.

    2ième séance :

    Acceptation, lâcher prise, Apprentissage de l’auto-hypnose.

    3ième séance :

    Gestion du stress, consolidation des méthodes de relaxation et d’auto-hypnose.

    4ième séance :

    Création d’une analgésie, consolidation relaxation et d’auto-hypnose.

    5ième séance :

    Suggestions contrôle ou déplacement de la douleur, consolidation relaxation et d’auto-hypnose.

    6iéme séance :

    Suggestions dissociation corporelle, consolidation relaxation et d’auto-hypnose.

    Ce protocole est donné à titre d’exemple, chaque séance est élaborée en fonction de votre vécu, le nombre de séance varie lui aussi.

    La douleur est une expression du corps, d’un dysfonctionnement, c’est un signal d’alarme.

    De nombreuses études montrent que les suggestions hypnotiques peuvent modifier et réduire la perception de la douleur.

    • L’étude d’Abrahamsen.
    • L’étude de Grondahl.
    • Dans l’étude de Castel.
    • L’étude de Gay.